météo
Boutique pierre Sempé
Hebergé par Ikoula
belle truite de l'Isère

De notre remise en question au bord de l'eau, est née notre pêche.
De notre rencontre avec Pierre Sempé est née notre passion.
De gens passionnés de cette "autre pêche" est née l'association.
Des pêcheurs adhérents venus de toutes la France sont déja avec nous et n'oublions pas nos amis suisses et Belges aussi, tous là dans le même sens comme une veine d'eau dans une grande rivière. Une grande rivière qu'est le monde de la pêche, avec des cascades et des remous, des plats et des profonds, bref nous essayons d'apporter ce qui nous semble utile à la pêche en gardant comme but de prolonger la vie de notre poisson favori.

L'ouverture...

De mi novembre à fin décembre, les truites ont quittées les rivières principales pour rejoindre les ruisseaux et petits affluents afin de se reproduire, c’est la période optimale du frai pour la truite fario qui va assurer la pérennité de l’espèce.
Une fois sur les frayères, elles creusent un nid pour déposer les ovocytes que les males fertiliseront en pleine eau, les œufs fécondés seront alors recouvert de gravier pour assurer leur développement pendant l’hiver. Le développement des embryons demeure sous le gravier, suivi de l’éclosion, toujours sous le gravier.

L’éclosion est le moment ou l’alevin sort de l’œuf, il restera sous le gravier jusqu’à l’émergence, se nourrissant grâce à son sac vitellin relié à son abdomen. Viendra alors le stade le plus critique, l’émergence, qui aura lieu la première quinzaine d’avril en fonction des températures de l’eau (il faut 420° jours, soit, par exemple, 60 jours si l'eau est à 7°c ou 70 jours pour une eau à 6°c. (60x7=420 ; ou 70x6=420)). C’est à ce moment, que nous autres les truiteux devons être extrêmement prudent, le fait de traverser une frayère chaussés d’une bonne paire de cuissarde, provoque inévitablement l’écrasement des alevins qui sont encore enfouis sous le gravier, à une profondeur d’environ 4 cm. Ces mêmes alevins qui vont devoir se battre pour rester en vie au nom de la sélection naturelle !
Il nous faut donc rester résolument prudent, en évitant à tout prix de marcher dans l’eau en début de saison, surtout sur les zones de frayères, si vous devez traverser, marchez sur les gros blocs stables. Cette première précaution est un grand pas vers la protection de notre cheptel, mais d’autres peuvent être appliquées facilement, telles que :

La pêche de la truite moderne n’est plus vivrière, il faut donc, pour réussir au mieux et s’intégrer au plus prêt de notre passion, respecter les règles naturelles établies au fil de l’évolution.

Le climat et le milieu façonnent les hommes….Ne laissons pas les hommes façonner le milieu...

Bonne ouverture !

Les Évènements prévus pour 2015

 

 

 

© association pêche à la Sempé 2015